Claire Seban découvre avec passion un monument de la littérature contemporaine Confitéor de Jaume Cabré. Les vacances commencent ! ! ! !

Confiteor, quelle expérience ce livre ! 900 pages dont il est difficile de s’extraire tant la vie intérieure de ce héros, Adria, est captivante… On le découvre à 5, peut-être 6 ans, petit garçon catalan de Barcelone, né, le pauvre, dans une famille non aimante. Le père, Felix, érudit et collectionneur compulsif d’objets précieux, manuscrits et autres raretés, dont la seule fierté est d’exhiber son fils si intelligent parlant déjà 3 langues et destiné à en parler au moins onze pour dépasser en érudition son propre maitre jésuite. La mère, Carme, silencieuse et assujettie au père autoritaire et tyrannique, nourrit son propre rêve : faire de ce fils un virtuose violoniste… Pauvre Adria, comment se faufiler entre ces deux volontés indifférentes à ses souhaits. Inflexibles, comment Adria peut-il dessiner son chemin et apprendre, ô rêve d’un enfant exceptionnel et brillant l’araméen et le sanscrit…
Armé de ses deux héros avec lesquels il dialogue sans cesse en aparté, le sherif Carson et Aigle Noir de la fière tribu des Arapahos, Adria traverse le siècle, depuis la victoire de Franco en passant par le camp d’Auschwitz-Birkenau par personnages interposés, jusqu’à sa mort en 1996. Confiteor, c’est une histoire de passions et la découverte lente et douloureuse de la vraie personnalité du père redouté.
Confiteor, c’est la confession, une histoire de vie qui débute cinq cents ans plus tôt et parcourt l’Europe déchirée par la Seconde guerre mondiale en entrainant dans son sillage des familles entières reliée par un violon, chef d’œuvre d’un maitre luthier du XV°, pour la possession duquel les principaux personnages du roman se damneront… Mélange d’époques, allers-retours, sauts dans le passé, incursions à l’étranger avec des personnalités d’abord inconnues mais dont on devient petit à petit familiers… Tout un monde qui s’agite, souffre, pleure, rêve, tombe follement amoureux et trahit, trahit, trahit…
C’est compliqué, passionnant, drôle, émouvant à pleurer. Ce n’est pas son premier livre puisqu’il a commencé à publier chez Bourgois en 2004 mais je l’ignorais jusque-là. Allez-y, plongez, vous m’en direz des nouvelles !
Claire Seban

 

Confiteor de Jaume Cabré, collection livres de poche Babel

Une réflexion au sujet de « Drôle, émouvant à pleurer »

Répondre à Lulu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.