On passe beaucoup de temps, trop sans doute beaucoup trop à se plaindre des médias, parce qu’ils déforment la réalité, l’émasculent parce qu’ils nous prennent pour des imbéciles et contribuent à ce l’on le devienne.

Fort heureusement , il y a des exceptions. Emmanuel Laurentin qui produit sur France Culture l’émission « La fabrique de l’histoire » a pendant une semaine consacré son émission à expliquer, éclairer les attentats tragiques des 7 et 9 Janvier 2015. Il a pour cela fait appel à des chercheurs, sociologues, historiens, politologues. Le livre qui consigne ces interventions est tout sauf un livre de circonstance. Il est l’exemple même de ce que peut offrir la rencontre de l’événement au delà de l’émotion légitime qu’il engendre et de l’histoire longue interpellée tant dans ses racines politiques que sociologiques. Soudain la république et ses enjeux sur le long terme n’est plus abstraite et on se prend à penser que l’opacité qui règne sur notre quotidien, la perte de repères qui est la notre, n’est en rien le fruit du hasard. Tant que nous sommes perdus nous ne pouvons pas agir ou pire nous sommes prêts à nous laisser abuser par des faiseurs de miracles. Peut être sommes nous naïfs, sans doute d’autres facteurs peuvent-ils expliquer le rejet de l’autre, le racisme, l’intolérance religieuse, la crispation sur des identités, mais le fait même de prendre la peine de nous expliquer , dans un langage clair, comment nous fonctionnons ou plutôt, comment , privés d’une partie de notre histoire, ignorant celle des autres, nous pouvons adopter des positions viscérales, développer la haine de l’étranger, devient non seulement une information précieuse mais également un élément de reconnaissance. « Reconnus » c’est à dire considérés comme des interlocuteurs légitimes, nous pouvons accepter de devenir plus intelligents. Les médias, les chercheurs, les éditeurs qui font ce pari contribuent à ce que le «  vivre ensemble » ait un sens. Un fleuve comporte au moins deux rives, tous ceux qui se donnent la peine de faire un travail de passeur de sens méritent respect , admiration et pourquoi pas tendresse. Certains ont pu croire que la manifestation républicaine du 11 Janvier serait sans lendemain. Il n’en est rien même si le comportement des stars de la politique ne va pas dans ce sens. Avoir les outils nécessaires pour regarder la réalité en face est plus que jamais une priorité indispensable.

François Bernheim

Histoire d’une république fragile.

1905- 2015.

Comment en sommes nous arrivés là

Editions Fayard / France Culture

 

Sous la direction d’Emmanuel Laurentin, les contributions d’Émile Chabal, Martine Cohen, Jean-Philippe Dedieu, Gilles Ferragu, Nancy L. Green, Nacira Guénif, Abdellali Hajjat, Arnaud-Dominique Houte, Ivan Jablonka, Gérard Noiriel, Michaël Prazan, Carole Reynaud-Paligot, Karine Salomé, Jean-Louis Schlegel et Benjamin Stora et Thomas Wieder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.