Francine Pampuzac n’a pas lu le livre de Valérie T. Nous non plus. Elle en pense cependant le plus grand mal. Nous aussi.

 

Lectures de septembre 2014

Une éducation catholique – Catherine Cusset ( Gallimard juin 2014)

Marie, l’héroïne récurrente de Catherine Cusset , évoque son enfance religieuse, entre un père croyant et une mère athée. Elle, elle avait la foi. Mais elle évoque aussi ses amitiés passionnelles avec deux de ses camarades de classes, dont une Xenia, particulièrement dominatrice, passion qui va durer des années. Et puis un jour, la mort d’un neveu tout bébé fait tout basculer. Elle ne croit plus. Ce sera le temps des petits amis, des passions physiques, des je t’aime moi non plus. Rien que du banal n’est-ce pas. C’est sans compter avec le style de Catherine Cusset, clair, net, incisif, étonnant. Il faut lire comment Marie réagit à la mort du bébé, comment elle défend ses passions, comment elle raconte tout, sans tabou, comment elle décortique l’amour et ses souffrances. Bref, ce n’est pas un mauvais livre, mais Catherine Cusset a été mieux inspirée.

 

Oona et Salinger– Frédéric Begbeder –( Grasset – Août 2014)

Begbeder veut faire revivre pour nous l’amour de deux jeunes américains des années 30, devenus célèbres ; Oona Chaplin et J.D.Salinger. Il le fait très bien, avec une documentation qu’on sent béton, noyée dans une délicieuse invention .Mais il s’implique lui-même énormément avec la sincérité et la légèreté qu’on lui connaît. Le tout n’est pas très cohérent mais rudement agréable. Et les pages sur Salinger dans l’horreur de la guerre sont extraordinaires. Le livre se termine sur une merveilleuse déclaration d’amour.. Mais, Frédéric, n’est-ce pas vous qui avez écrit sur « l’amour dure 3 ans » ?

 

Pétronille – Amelie Nothomb – (Albin Michel – Août 2014)

Amélie s’imagine se liant d’amitié avec une lectrice dont une lettre l’a touchée. C’est Pétronille, aussi originale que son prénom. Une punkett adorant les grands champagnes. Amélie en fera une « convigne » pour partager le bonheur de boire. Les années passeront. Pétronille écrira des livres. Elle partira, reviendra, moult grands crus pétillants seront bus, et tout se terminera par une très jolie pirouette. Le livre est mené avec aisance et gentillesse, tout à fait plaisant. Comptez 3 heures au maximums. C’est une délicieuse petite chose.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.