par Marie Hélène Massé

 

Comprendre le monde ? Vaste programme. Pourtant nous pouvons essayer en nous rendant à La Maison Rouge pour y voir l’exposition Théâtre du Monde.

Le conservateur et historien d’art Jean-Hubert Martin a pioché dans la collection éclectique de l’Australien David Walsh et dans celle du Tasmanian Museum and Art Gallery des objets ethnographiques, des œuvres d’art ancien, des installations contemporaines et organisé ce vaste puzzle en un ensemble plus homogène. Son dessein, c’est d’échapper à une suite chronologique pour former cet ensemble encyclopédique et  reconstituer « la mise en forme et l’expression d’une pensée visuelle qui constitue le fondement de la création artistique… pour un aperçu des désirs, des peurs et des espoirs de l’humanité transcrits dans la culture matérielle ».

 

Il organise l’exposition en 17 chapitres dans lesquels chacun reconnaîtra une parcelle de son humaine condition, Citons Genèse, qui montre les évocateurs travestissements dont s’empare la sexualité, à côté d’un lit de tous les ébats. Puis Duo, où des chiens de William Wegman suivent de leur regard ennuyé des bois de cerf et de daim tandis qu’un ruban danse entre eux, poussé par le souffle de 2 ventilateurs. On fera une halte devant Apparition, où couronnes, masques, têtes et statuettes de diverses provenance, illuminées tour à tour donnent une vision spectrale et spectaculaire. Dans la salle Majesté l’incroyable et fragile beauté des étoffes d’écorce à décor géométrique en provenance des îles Salomon, de Tonga ou Vanuatu est confrontée à un sarcophage dans sa recherche d’éternité. Ensuite, viennent Civilité, sans laquelle il n’y a pas d’humanité, et inévitablement, Conflit.

 

Masques de Nouvelle-Guinée, ironique tapis de prière afghan, portrait du Fayoum, huiles sur toile ou aquarelles de toutes époques, crâne de Jan Fabre, céramiques, vidéos, installations et casse-tête se succèdent. Mais loin d’un inventaire surréaliste, leur confrontation donne une approche de notre monde plus sensuelle et émotive que purement esthétique.

 

Théâtre du Monde

 

Du 19/10/13 au 12/01/14

 

La Maison Rouge

 

10, bd de la Bastille

 

75012 Paris

 

www.lamaisonrouge.org

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.