Dictionnaire amoureux des mille et une nuits

Malek Chebel  éditions Plon

Qui oserait affirmer que les millions de fidèles observant la foi catholique se reconnaissent sans problème dans sa version intégriste ? Personne. Le bon sens l’interdit. Alors pourquoi un tel bon sens est – il systématiquement mis entre parenthèses concernant l’Islam ? La réponse mériterait un ouvrage à plusieurs voix, mais en, attendant mieux , on sait déjà que la focalisation de la  peur sur un ennemi  forcément impitoyable est un processus  qui n’a cessé de prouver son efficacité depuis l’aube des temps. Le mérite de Malek Chebel qui depuis des années, démontre ouvrage après ouvrage que l’Islam loin d’être monolithique est aussi une religion humaniste est d’autant plus  grand. Je n’oserais dire que son dictionnaire est le sésame qui permet de pénétrer dans les arcanes subtiles et raffinées des mille et une nuits , après qu’il ait pris soin de m’expliquer que le trésor d’Ali Baba est une allégorie évoquant l’ouverture du sexe féminin  au plus fort des transes amoureuses…La société du Xème siècle  qui voit naître ce chef d’œuvre est celle d’un islam tempéré. Les classes sociales existent. De l’élite aux esclaves  l’organisation sociale est fortement hiérarchisée , mais le dessus du panier n’a aucunement le monopole du dire et c’est à travers des ouvrages comme les Mille et nuits que la liberté et l’ordre du monde trouvent un terrain privilégié d’expression et de confrontation. Si l’exercice du pouvoir est monolithique,  l’apport  culturel lui est multiple. L’Inde, la Chine, l’Egypte, la Grèce  apportent leurs contributions à ce texte de légende. Bagdad est la capitale du savoir. Son université est la plus réputée du monde. Si l’ouvrage prolifique et multiple a un axe et  un seul c’est celui de la célébration du sexe. Le sexe dans ses combinaisons  infinies est avant tout un plaisir, mais il est également un moyen de connaissance, de découverte de soi et de l’autre .

Pendant plusieurs siècles, les Mille et une nuits tombent dans l’oubli. Les contes composant son corpus, ont d’abord été, ne l’oublions pas ,diffusés par voie orale ,avant d’être réunis dans un manuscrit. Au XVIII siècle le Français Antoine Gallant redécouvre le manuscrit et pour notre plus grand bonheur, il le fait traduire . Si l’érotisme  est bien le sujet principal du livre , la connaissance est elle aussi mise à l’honneur. Toutes les disciplines qui nous concernent aujourd’hui, de la psychologie  à la phytothérapie sont ici évoquées. Parler librement du sexe signifie aussi que la connaissance profane peut fructifier sans avoir besoin de se cacher derrière un alibi religieux.  A travers l’acte amoureux et les conversations qui tournent autour de lui , l’organisation sociale est également présente . Les femmes  officiellement n’ont pas le pouvoir, elles ne se marient pas comme elles veulent, mais en revanche elle choisissent librement leur amant. Le harem et le hammam sont les lieux où elles peuvent non seulement s’exprimer librement mais aussi ouvrir la voie à l’élection de nouveaux partenaires. La prise de parole est un acte fondamental. Malek Chebel  qui  étudiant a été assistant  d’un gynécologue a pu maintes fois l’observer. Qu’elles aient ou non un problème, les femmes venaient déjà chez le médecin pour parler entre elles , s’exprimer sans contraintes. Dans les Mille et une nuits ,on ne parle pas encore de féminisme  mais il est clairement avéré que la femme est supérieure à l’homme  et ce même dans des domaines comme le combat à l’épée.Cette épopée glorifiant le sexe est aussi celle du désir et on apprend aussi ici que la distance loin d’être un obstacle est aussi un ferment de l’acte amoureux.  Au 7ème siècle un homme aussi beau que grand poète Omar Ibn  Ab Rabia déplace les foules. Les femmes de la bonne société pouvaient voyager  à travers le désert pendant deux fois  trois jours pour venir l’écouter .

Voilà un livre, souligne Malek Chebel  qui se trouve au cœur de notre modernité, c’est un livre monde, qui assume la liberté de penser et de faire. Paru quelques semaines avant les révolutions arables le dictionnaire amoureux des mille et une nuits réaffirme la primauté du mouvement contre tous les conservatismes. Puisse la révolution sociale accompagner la révolution des mœurs.Dans ce domaine, il n’est pas sûr aujourd’hui que l’occident soit en avance. L’auteur qui a pris la liberté d’intégrer l’origine du monde de Courbet dans son ouvrage  sait aussi qu’il n’est de réel plaisir que partagé. L’article le plus complet de son ouvrage concerne le grain de beauté . «  A ce moment là l’une des esclaves qui emmaillotait l’enfant pleura d’émotion et de plaisir en voyant sur la fesse gauche du petit , une jolie envie brune, comme un grain de musc, qui tranchait par la forme et sa couleur sur la blancheur du reste… L’enfant fut donc nommé Ala’eddin grain –de- beauté, mais comme c’était trop long, on ne l’appela que Grain- de –Beauté… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.