Leurs noms sonnent aux oreilles du grand public comme autant de cavernes d’Ali Baba: »villa Montmorency », »Belgravia square »,country club,gated communities à Beverly Hills ou à Manhattan.

De Paris au coeur de Rio, de Los Angeles ou de Delhi,ces morceaux de ville en copropriété prolifèrent depuis trente ans.Les raisons en sont connues:sécurité, verdure,loisirs et voisins choisis.S’y ajoutent désormais la surveillance médicale,la remise en forme ou le souci communautaristes-entre végétariens,entre pratiquants d’une même religion,entre homosexuels…-tandis que les abords de ces « ghettos de riches » sont sous surveillance vidéo,gardés par des vigiles et toute une batterie de codes et de barrières.
-4ème de couverture. (date de publication : 12 février 2009)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.