J’aime bien la date d’aujourd’hui. Des 0, des 1 et des 2…  C’est stupide, je sais, mais j’ai du plaisir à l’écrire. Le plaisir, je le prends partout, même stupide, même petit, presque invisible.

Lundi j’ai oublié  mon book station Mironesmil, satanas ligne 13 . Un sac bleu roy avec un fond en cuir brut, une paire de gant de ma grande-tante décédée il y a jute un an, une casquette de laine noire, et mon book-nikel-chrome-près-à-démarcher. Acte manqué, refus, rebut, pas vouloir tapiner, pas vouloir me trimballer de rédac en maisons (closes) d’édition pour me mettre à poil. J’ai un sacré manteau de fourrure en plus.

Alors hier, je suis passée rue des MORILLONS. Ce nom me glace le sang. J’y vois un bébé sanguinolent, inachevé, monstrueux. Je vide mes poches, présente mon sac, passe le sas, remplis une fiche verte « au stylo Bic rouge s’il vous plait » pour qu’on me réponde qu’il faut que je patiente encore un peu car tous les objet trouvés de la 13 ne sont pas encore tous arrivés et qu’ils seront là lundi et qu’en attendant vous pouvez appeler le 32 46 de la RATP à 32 centimes la minutes avec un portable pour qu’on me réponde après un choix « * » puis « 2 » que c’est en flux entre la section du dépôt 13 et les Morillons, quoique que tous les objets non pas été listés, donc je ne sais pas : rappelez lundi.

Il y a des jours où l’on se dit qu’on a perdu une matinée. Une matinée à n’avoir pas profité du petit déjeûner avec ses gosses, pris le temps, lu le journal avec un thé au Balto du coin, marché dans paris au bonheur la (mal) chance, prolongé sa nuit de rêve troubles ou pas, pris le temps de serrer fort son Amour, pris le bus plutôt que le sous terre, respiré, regardé, senti que la vie on l’avait là au creux de la paume comme un dieu.

Pas vaincue, pas prise. Le book, il sera refait, encore mieux.

Je suis toujours à fond dans mes recherches de stage. Pas mal de contacts, d’envois, d’attentes. Lecteur, si tu as des connexions en studio graphiques, éditions, programmes culturels, rédaction, agence de com’…. je suis toute ouverte, toute. Là, y’a mon CV.

Bon week-end,

P.D.

Métro – Boulot – Métro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.