ATous les humains ne croient pas en Dieu. Parmi les croyants, il existe différentes façons de pratiquer une religion. A preuve  le Comité Catholique contre la faim et pour le Développement- -Terre Solidaire. Nous avons rencontré Elizabeth Himon une des animatrices de l’association locale de Boulogne Billancourt qui couvre trois paroisses. Le CCFD aura 60 ans en 2O21, il travaille avec 7O associations partenaires dans 71 pays.

Pourquoi le blog de Mardi ça fait désordre qui en général se tient assez loin des options religieuses tient-il à mettre en avant le CCFD ? Tout simplement parce cette association met en pratique ses présupposés religieux avec une rectitude, une clarté et une lucidité que beaucoup de partis politiques ou collectifs de gauche pourraient lui envier. Qui, aujourd’hui dans les acteurs sociétaux parle de changer le système économique existant, qui parle de transformer le monde en prenant à bras le corps les défis culturels, éducatifs, spirituels ? Justement des associations porteuses d’une spiritualité ouverte  comme ATD quart Monde ou le CCFD impliquées sur le terrain où vivent  et souffrent des populations subissant des injustices majeures. La très grande majorité des adhérents de l’association sont catholiques, pas tous pratiquants, mais tout ouverts à une  pratique active de la solidarité et du partage. En clair ici le discours et les actes sont en symbiose.

C’est sur la période de Carême que se concentrent les campagnes du CCFD. Dans la période de crise sanitaire qui est la nôtre, l’approche numérique tente à pallier les contraintes résultant du confinement.

 Pour changer le monde il est impératif de changer de modèle agricole et alimentaire.   » Les agricultures familiales assurent 80% de la production alimentaire mondiale, pourtant 70%  des personnes qui ont faim dans le monde appartiennent au monde paysan »

Au passage on ne peut qu’être frappé par le fait qu’à la différence du CCFD, un certain nombre des acteurs français qui contestent le système économique concentrent leurs critiques et propositions sur le monde industriel, sans prendre en compte à la racine les impératifs d’une alimentation durable face à l’appauvrissement du monde paysan en particulier dans les pays non développés.

Pour aller plus loin l’examen des thèmes abordés chaque Dimanche du carême sont aussi explicites que moteurs.`

1er Dimanche 1er Mars 2020

 Le droit à la terre.

 » La sécurité alimentaire passe par l’accès à la terre »

2ème Dimanche. 8 mars 2020-

Promouvoir un modèle agricole alternatif : l’agroécologie

Un modèle soucieux de l’environnement et du bien commun.

Il ne s’agit pas d’imposer de l’extérieur de nouvelles normes mais de prendre en compte la culture et le savoir -faire des communautés.

3ème Dimanche 15 Mars

Assurer l’égalité entre les femmes et les hommes

Alors que les groupes de femmes jouent un rôle essentiel pour la survie des populations, elles ne sont pas reconnues et n’ont pas la place qu’elles méritent objectivement.  » Les paysannes sont souvent privées de l’accès à la terre. Elles ne sont pas le droit d’en hériter ou d’en être propriétaires »

4ème Dimanche 22 Mars

Donner accès à l’eau pour bien commun

Exemple à l’appui, en Tunisie une association Nomad 08 crée en 2012 par des jeunes du bassin minier tunisien. Principal projet mis en place en 2016 : la création d’un observatoire de l’eau. Des citoyens sont formés pour défendre le droit à l’eau.

CCFD ne substitue jamais aux acteurs locaux. Bien au contraire l’association constitue un point d’appui, un repère face  à ceux qui ont l’initiative en terrain connu.

Ceux qui connaissent les vertus du prêche ne sont ni des donneurs de leçon ni des Idéologues. Leur première vertu est de ne pas tolérer l’injustice, la deuxième d’être assez humbles pour tirer des leçons de l’expérience vécue  localement.

La force du CCFD c’est de pouvoir sur chaque problème mettre en avant  un visage, parler du vécu de la femme ou de l’homme mis en avant. Ainsi ceux qui sont à l’autre bout du monde devienne proches.

 Ainsi l’autre n’est plus vraiment un étranger. Alors nous pouvons entrevoir la possibilité de partager la planète. Cette approche de l’autre est, en toute simplicité, celle du respect, de la prise de conscience qu’en partageant  chacun a plus  que s’il avait voulu égoïstement  garder pour lui seul, La totalité du gâteau.

A l’occasion des dernières élections municipales les candidats ont été interpellés sur l’accueil  qu’ils comptaient réserver aux migrants, dans l’optique que leur ville puisse s’afficher comme une ville accueillante.

En île de France, la campagne  contre l’insécurité alimentaire initiée en Octobre durera jusqu’à fin Novembre. La Journée du 17 Octobre a été très dense:

-Campagne notre assiette pour demain.

– Le CCFD avec d’autres associations  a participé à la journée mondiale du refus de la misère.

– A Paris il s’est associé à la marche contre Monsanto, dénonçant le système agro-industriel en cours.

Dans les projets à venir on notera :

L’éco festival soit

-La fête de la création en Décembre 2020

– De Janvier à Mai la fresque du climat avec des ateliers ludiques et collaboratifs

– Le festival des alternatives le 5 juin 2021 avec des marches permettant de découvrir des lieux alternatifs.

En début d’année 2021, Un jeu de cartes reprenant de façon ludique les thèmes de l’association sera lancé.

Les partenaires  du CCFD ne pourront, pour raison de crise sanitaire venir en France dans les mois à venir. Visio-conférences et vidéos seront mises en place pour qu’ils puissent témoigner et mettre en avant les expériences comme les avancées en cours

François Bernheim

ccfd-terresolidaire.org

letempsdesolutions.org.     40 actions audacieuses

laplace.ccfd.org.                    plateforme collaborative du réseau des bénévoles du CCFD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.