Enfermer des millions d’individus , des peuples entiers dans des geôles de béton n’est pas chose aisée. Les manipuler, les emprisonner à l’aide de mots est beaucoup plus astucieux et économique. En ces temps troublés où l’expression populaire n’est pas la bienvenue, les mauvais coups portés à la contestation de l’ordre établi sont  quotidiens. Lutter contre le tripatouillage de la langue et des idées requiert un mode d’emploi. A ce titre, il est plus que jamais essentiel de lire « LTI, la langue du troisième Reich du philologue Victor Klemperer. Cela peut nous aider à rester debout et pourquoi pas à passer à l’offensive. Les gens de droite n’ont pas pas manqué de lire Gramsi, ils savent que le travail idéologique est une arme redoutable. Au travail.

« Mais la langue ne se contente pas de poétiser et de penser à ma place, elle dirige aussi mes sentiments, elle régit aussi mon être moral d’autant plus naturellement que je m’en remets inconsciemment à elle. Et qu’arrive-t-il si cette langue cultivée est constituée d’éléments toxiques ou si l’on en a fait le vecteur de substances toxiques? Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic: on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet et voilà qu’après quelque temps l’effet se fait sentir »

« LTI, la langue du troisième Reich du philologue Victor Klemperer. Agora éditions Pocket

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web