A La Courneuve le débat sur l’écologie fait de la bienveillance amicale une vertu cardinale. Marie-Christine Labat chargée de mission droits des femmes et de l’université citoyenne de la ville nous fait part d’un échange assez positif pour titiller avec bonheur nos neurones.

« Dans une ville aux 101 nationalités, dont la diaspora chinoise  représente les deux premières plus importantes, dans une ville aux franges de la COP 21 me retrouvant dans notre association d’habitantes et d’habitants, j’ai demandé à mon voisin et ami Limiao ce que pensaient les chinois des problèmes climatiques dans leur pays et dans le monde. Il m’a d’abord fait remarquer qu’il vivait en France depuis 18 ans et donc qu’il ne pouvait pas parler au nom des chinois. Puis m’a-t-il dit « Tu sais les gens peu fortunés ne se posent pas la question, ils pensent à vivre ou à s’enrichir ». Je pensais lui ai je répondu que cette question sur la pollution commençait à apparaître dans le débat public puisque le gouvernement prend position. Comme dans beaucoup de conversation, nous avons passé à un autre sujet. Et puis un mois après , alors que nous échangions sur des questions d’éducation, il m’a dit « Tu m’as demandé ce que les chinois pensent des questions écologiques dans leur pays. Va voir sur youtube.fr, le documentaire de Chaijing « le dôme » version française intégrale. C’est long, les sous titres français sont rapides. Dis moi ce Le que tu en penses »

Ce que j’en pense? C’est l’envie à mon tour de faire partager à d’autres l’engagement de cette jeune journaliste chinoise d’investigation , de passer le relais du partage de l’ouverture aux autres, à leurs regards, à leurs actions , à notre combat , la préservation de la beauté et de la fragilité de l’humain et de la vie pour toutes et tous.

J’ai eu envie de relater la cause de cette découverte offerte par Limiao. Cela peut paraître pataud, mais c’est ainsi que se font les échanges. Ce que j’ai appris depuis, c’est qu’il avait cherché sur des sites chinois ce qui s’exprimait sur la question environnementale. Loin d’avoir clos la conversation, alors que ce sujet ne le passionnait pas plus que cela, il a fait des recherches pour satisfaire une curiosité amicale. Il a lui même envoyé cette vidéo à beaucoup de ses connaissances chinoises.

Voilà, l’histoire de la question qui a ricoché sur l’attention que porte l’amitié et a engendré moult rayonnements »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web