Avé César de la déchéance abyssale

 

Ceux qui refusent de mourir te conspuent.

 

Mais au delà de l’envie de vomir

 

face au mépris borgne qui anime tes pas

 

Je salue en toi l’artisan de notre prise de conscience

 

du néant dans lequel nous baignons.

 

Perdus dans la médiocrité minable et opaque

 

d’une gauche introuvable nous errions dans le no man’s land

 

des espoirs déçus que notre lâcheté proverbiale voulait croire non définitifs.

 

Ton accouchement par voie de césarienne publique d’un monstre d’extrême droite

 

nous a permis de toucher le fond. Les pessimistes diront non sans raison que tu es le

 

fossoyeur non de la gauche mais de toute idée de gauche. Ceux qui ont la rage au cœur et

 

au ventre, ceux qui sont désespérés mais encore debout pourraient te remercier.

 

Grâce à toi nous savons enfin où nous nous en sommes. Nous sommes nus, à poil et si en

 

colère que nous allons sans vergogne mettre les mains dans le cambouis , pour

 

reconstruire une gauche digne du peuple que toi et les tiens avez abandonné.

 

Il faudra du temps, du respect de nous même et des autres, mais ce qui est formidable,

 

exaltant, c’est que nous n’avons pas le choix. Au travail, sortons de nos tanières.

 

François Bernheim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.