8039_1431292447Marc Dachy né à Anvers en 1952 est mort d’un cancer le 8 Octobre à Paris. Au delà des dadaïstes et des amoureux de ce mouvement qu’il a superbement servi ,ce sont tous ceux qui l’ont approché qui sont à la peine. L’homme qui a publié le journal du dadaïsme chez Skira était un compagnon de bon commerce aussi jovial et accueillant qu’il était rigoureux et érudit. Rendant justice aux écrivains et artistes en rupture avec l’ordre établi mais au cœur de l’invention, il était lui même un grand intellectuel sans vindicte ni concession. En 2005, à propos de la publication d’Archives Dada. Chronique de Marc Dachy (Ed. Hazan), Philippe Dagen écrivait dans Le Monde : « Marc Dachy a inventé une solution qui a deux mérites immenses : elle donne sans cesse la parole aux protagonistes et les introduit avec la plus grande précision ». A le lire tant dans ses monographies que dans sa revue Luna Park on peut se demander si l’exigence intellectuelle des auteurs n’est pas inversement proportionnelle à leur proximité avec les médias. A ceux qui trouveraient le point de vue sommaire ou caricatural, on répondra, qu’hélas notre réalité l’est sans modération aucune. Le dernier livre de Marc Dachy paru chez l’Infini/Gallimard il y a quelques mois portait le titre suivant : «  Il y des journalistes partout. de quelques coupures de presse relatives à Tristan Tzara et André Breton » L’intégralité de la phrase, tirée d’une lettre de 1917 de Tristan Tzara à Francis Picabia.   est : « Je m’imagine que l’idiotie est partout la même puisqu’il y a partout des journalistes. » Mardi ça fait désordre reviendra volontiers sur ce livre écrit par un homme que nous avions eu la chance de rencontrer à plusieurs reprises.

François Bernheim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web