Michel Dréano, un des plus pointus membres de l’équipe de Mardi ça fait désordre est aussi un poète qui fait groover le slam à hauteur du plaisir des mots et du rythme. Il est aujourd’hui l’une des rares personnes ayant le respect de l’intelligence populaire, capable de communiquer ce je ne sais quoi qui dit amour, respect,solidarité pour l’humanité. Aujourd’hui il publie chez Univers slam un recueil de ses textes  » Homme sensible des quartiers » Ils valent la peine d’être lus,bus et plus.

Extraits

Conversation de bistro

 

Alors, c’est quoi l’alternative ?

Lancer nos vers dans des bouteilles Comme des poèmes à la mer
Pour gagner le cocotier ?

Qu’est–ce qu’on pourrait bien faire d’autre ?

C’est vrai que, dans nos quartiers,
on est encore bien contents d’avoir tant de poètes ados

Avec des rimes plein le sac à dos ; Des mots–valises dans les cabas.

Des rappeurs qui font un tabac.
Mais bon, qu’est–ce que tu veux faire ?

À part boire un coup à la santé des chômeurs avant qu’ils nous euthanasient tous parce qu’on leur coûte trop cher !

En attendant allez, moi je rentre regarder la télé, même si tu n’arrêtes pas de me seriner que c’est une étrange lucarne qui n’a d’étrange que sa came, formatée pour les bonnes âmes qui  donnent au Téléthon et n’oublient opas de le crier sur tous les toits. Après tout, tu as raison :

tout ce dégoulinando de charité bien ordonnée est vraiment à gerber.

_____________________

Des Hommes

Hommes des pays lointains Venus pleins de courage

Louer leurs millions de mains Au fond d’obscurs passages

Travailler le ouiquenne Jusqu’à plus d’heure limite

Aux chantiers d’hommes de peine Des cités de transit

Naufragés rescapés Des sables et de l’enfer

Des bateaux
Qui se retournent en mer

Survivants déchirés
Comme un vieux survêtement

Sur le fil barbelé
Des frontières d’Occident

Marabout bout de ficelle Celle du roi des griots

Qui ramasse à la pelle Les potins les ragots

De la Ville Lumière Brillant de tous ses feux

Pour calmer la colère Des parias des banlieues

Comme eux je rêve en vers De chevaucher l’étoile

Perspective cavalière D’une cité idéale

Où l’étrange étranger D’ici ou bien d’ailleurs

Enfin n’est plus logé
À l’enseigne de la peur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web