MBM43On continue dans les thématiques dites  » obsessionnelles » : le labyrinthe corporel et accessoriel. Je ne sais pas pourquoi j’aime les tronquages, les morceaux composés, le fouillis organisé, la dispersion façon puzzle de sacs, souliers, culottes, boxers et autres strings. À ma gauche une dame dégoutée (et attirée) qui fait semblant de lire Métro; à ma droite un jeune qui sourit et pianote sur son jean avec des doigts énormes tout bigarré de bagouses.

Quand il se lève, il me dit  » au revoir « . La dame elle, sursaute, a raté sa station, fulmine, me tient pour coupable, me maudit sur 13 générations. Je prends mon pied : quand en se débarrassant la raie des fesses de son slip trop serré je croise son regard et lui sourit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web