Comment résister aux tonnes de boue et de mépris dont on nous accable à chaque seconde ?

Peut- être déjà en affirmant qu’un être humain d’où qu’il vienne est d’abord un humain et jamais un étranger.

Ensuite en refusant de nous lamenter sur la tristesse des temps présents. Tous ceux qui se battent pour leur survie ont l’oeil vif, le corps et l’esprit pugnaces face à l’indifférence.

Dansons, soyons joyeux, légers et solidaires. Le monde, le nôtre, reste à inventer.

FB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Site web